30/03/16

Le déménagement

Man loading a truck with furniture

Avec seulement trois mois de retard, il est temps que je vous raconte la suite (et fin) de notre achat immobilier.

Tout a été bien mouvementé ; la semaine précédant le closing, nous n’étions pas tout à fait certains que la vente allait réellement se faire. Puis finalement, c’est avec un grand soulagement que nous avons signé comme prévu le 30 décembre.

Puis, le stress du “est-ce qu’on va réussir à acheter la maison” a été remplacé par le stress du “est-ce qu’on ne fait pas une bêtise ?” en voyant le montant de la dette que nous avons maintenant tandis que notre épargne a disparu. Dans un pays où l’on peut se faire virer du jour au lendemain sans vraiment le voir venir, c’est assez angoissant. Ajouté à cela le fait que nous avions évité de nous projeter dans la maison pour ne pas vivre les montagnes russes émotionnelles des premières fois, nous nous retrouvons propriétaires en nous demandant si nous allons vraiment nous plaire dans cette maison.

En sortant du cabinet de l’avocat, nous appelons les déménageurs pour nous trouver une date. Le plus tôt étant le mieux afin de limiter le cumul du loyer actuel et du remboursement de prêt. Ils sont disponibles mardi. Nous sommes mercredi (et je travaille demain et lundi). Le weekend va être sportif !

Nous résilions notre bail. Pas besoin de préavis dans notre immeuble, juste 6 semaines de pénalité. Vu qu’on paye le loyer en début de mois alors que nous allons rembourser le prêt en fin de mois, ça ne fait que 2 semaines de double mensualité ; ça va aller.

Nous avons trois jours pour faire tous nos cartons et nettoyer la maison. C’est pas gagné d’avance…

Au final, nous avons passé tout le weekend du nouvel an à faire le ménage dans notre nouvelle maison. C’était dans un état indescriptible, je vous passe les détails… Et pendant ce temps-là, nous n’avons pas tellement avancé sur nos cartons, ce qui fait que le jour du déménagement, nous étions encore en train d’emballer nos affaires pendant que les déménageurs chargeaient. C’était un peu le bazar. On a tout fait dans la panique à la va-vite. Puis, on a réalisé que nous n’avions pas assez de cartons. Voilà donc Mari qui part à Home Depot pour en acheter d’autres. Ensuite, les déménageurs nous disent que leur camion n’est pas assez grand pour tout transporter, et qu’ils vont devoir faire deux fois l’aller-retour. Il commence à être tard ; je vais chercher les enfants à l’école et les conduis dans notre maison. Puis Mari récupère la voiture pour retourner à l’appart avec les déménageurs.

Les enfants découvrent la maison, qui est pleine de cartons partout. Ils ont des devoirs à faire et leur trousse est à l’école. Là, je réalise qu’avec la précipitation de l’emballage, il n’y a presque rien d’écrit sur les cartons. Je ne sais pas du tout où sont les crayons des enfants… Je commence à ouvrir les cartons, un par un. Pas de crayon, là non plus, non, pfff, toujours pas… Et pendant ce temps-là, les enfants qui n’ont rien à faire courent comme des fous dans la maisons. Je suis crevée, on a les devoirs à faire, le repas à préparer, les lunchbox pour demain, et OÙ SONT CES CRAYONS ??? Je vais pêter un cable… Et puis au douzième carton, alors que j’ai de la fumée qui commence à me sortir des oreilles, ça y est, je les ai, voilà les crayons !

J’installe les enfants, je leur donne leur crayons et on s’attaque aux devoirs. Ils sont fatigués, moi aussi… Bref… Ils mangent, je les couche, et puis j’attends Mari et les déménageurs qui n’ont toujours pas fini. Il est 20h30. Je réalise que je ne sais pas où sont mes pantalons pour le boulot demain. J’ai commencé par regarder dans les valises où je pensais avoir mis les vêtements de base pour les premiers jours, mais je ne les y vois pas. Du coup c’est la panique. J’ouvre un par un tous les cartons d’habits, mais ils ne sont nulle part… Il est 21h, les déménageurs arrivent. Ils déchargent le camion et repartent. Je continue à chercher mes pantalons. Rien. Pffff…

Et puis, je me rappelle que juste avant de quitter l’appartement, j’avais vidé le sèche-linge. Ouf, au moins j’ai quelque chose à me mettre demain.

D’ailleurs, le lendemain, je les ai retrouvés, mes pantalons ; ils étaient dans la valise, la toute première où j’avais regardé, sans les voir…

22/07/13

En vacances !

Fun sun

Après les jours éreintants dédiés au déménagement multi-destination, qui a clôturé un marathon administratif de plusieurs mois, nous nous détendons enfin en Bretagne avant de partir pour le nouveau monde.

Le déménagement s’est globalement bien passé, même si je l’ai trouvé absolument interminable ! Lundi dernier, les déménageurs ont emballé une partie des affaires. Ils ont continué mardi matin et ont chargé le container en début d’après-midi. Je ne suis pas convaincue par l’emballage de la plupart des objets et je me demande bien dans quel état ça va arriver. On verra…

Mercredi, nous avons rendu les clés de la maison après un état des lieux complet qui a duré 2h. J’ai un mon petit pincement au coeur en entrant pour la dernière fois dans la chambre des enfants, celle qu’ils ont connue tout bébés… J’ai fait quelques photos en souvenir (il faut dire que je n’avais que ça à faire pendant l’état des lieux…) et puis je suis sortie de la maison sans vraiment réaliser que nous n’y entrerons plus.

Nous avons ensuite filé vers la Bretagne où nous attendait ma famille avec nos tout-petits, heureux de nous revoir et visiblement très épanouis après leur semaine passée avec les grands-parents, cousins, tontons et tata.

Nous avons ouvert les cartons que les déménageurs ont apportés en Bretagne et avons découvert notre beau vase tout cassé (quand je pense que j’avais choisi d’envoyer ce vase ici plutôt qu’à New York parce que j’avais peur qu’il se casse… c’est râté…) et la jolie plante que Buzz nous a rapportée de l’école dans le même carton que le grille-pain dans lequel une partie de la terre s’est déversée…

Hier matin, je suis allée me promener avec ma maman à Cancale, et à notre retour quelle ne fût pas ma surprise de découvrir une bonne vingtaine de personnes dans le jardin ! Je n’ai pas été particulièrement perspicace malgré les 3kg de rôti au four la veille, le nombre de desserts préparés par ma petite soeur et ma maman, et le nombre de voitures garées devant la maison quand je suis arrivée. Même une fois dans le jardin, je ne me suis pas posé de questions en voyant tout ce monde dans le jardin (ayant l’habitude de voir défiler la famille chaque année, plus ou moins à l’improviste). Ce n’est qu’en voyant mon amie d’enfance que je n’avais pas vu depuis environ 15 ans que j’ai commencé à trouver ça louche ! Et oui, mes parents ont eu la bonne idée de m’organiser une garden party surprise pour fêter mon grand départ (et mon papa a même prévu les cartes de visite avec notre nouvelle adresse, qu’il a distribuées à tout le monde) ; waouh ! 🙂 J’ai donc passé une merveilleuse journée hier, toute émue de cette intention à laquelle je ne m’attendais pas du tout, malgré la chaleur écrasante (et je me suis demandée ce que j’allais devenir avec 10 degrés de plus à New York… 😕 )

Et maintenant, nous sommes lundi soir. Plus que 3 dodos et nous prenons l’avion. Je ne réalise rien, tout au plus une impression de vacances. Comme Buzz répondait à sa mamie cette semaine : “mais je ne vais pas rester longtemps !”, dans ma tête c’est un peu pareil je crois…

13/07/13

En plein déménagement !

ダンボール

Je m’octroie une petite pause bien méritée, au milieu des cartons qui jonchent mon salon, et j’en profite pour venir donner quelques nouvelles fraiches avant de me remettre au travail.

Je vous disais la dernière fois que j’étais complètement débordée. C’est toujours le cas, mais j’ai eu la joie de retrouver Mari samedi dernier, après son long mois (qui est en fait passé très vite) aux US. Maintenant, j’ai donc la chance de ne plus être débordée toute seule, mais à deux. Et encore, nous avons beaucoup de chance car mes parents ont emmené les enfants en vacances pour que nous puissions nous concentrer sur le déménagement (et je leur en suis infiniment reconnaissante, car voyant la tonne de tâches que nous abattons chaque jour, je ne sais franchement pas comment on aurait pu s’en sortir avec les petits dans les jambes).

Le déménagement a commencé pour de vrai hier : tout l’électroménager et les affaires de jardin sont partis vers la Bretagne. Pendant que Mari gérait ça, je terminais ma dernière journée de travail en France par un pot de départ grâce auquel j’ai pu liquider les 3kg de farine qui me restaient 😀 . Après ça, j’ai eu un peu de mal à quitter mes collègues qui sont tous vraiment adorables, gentils et très compétents (il y en a qui s’échangeaient l’adresse de mon blog pendant le pot alors je ne peux dire que du bien d’eux maintenant…) Coucou les collègues 😆 ; ne vous en faites pas, je pense réellement ce que je viens d’écrire ; je vous adore <3

Bref, je suis rentrée chez moi et nous avons continué à faire du tri (si vous saviez à quel point j’en ai marre de faire du tri…). Ce matin, ma belle-famille est passé récupérer environ 10m3 d’affaires et je commence à trouver la maison un peu vide. Lundi, les déménageurs viennent pour emballer tout le reste. D’ici là, on a encore un peu de paperasse à faire (prévenir la CAF, EDF, GDF et compagnie de notre “changement de situation”), nous devons séparer les affaires que nous allons prendre avec nous dans l’avion de celles qui nous rejoindront 6 semaines plus tard (parce que si les déménageurs mettent nos passeports dans un carton, on aura l’air fins…). Lundi soir, tout sera emballé. Mardi, tout sera chargé dans le container et nous rendons les clés de la maison mercredi avant de partir retrouver nos petits chéris en Bretagne où nous pourrons profiter d’une semaine de vacances bien méritées 😎

ps : j’ai créé récemment une page Facebook, si ça vous dit (ça me permet de venir dire coucou quand je ne trouve pas le temps d’écrire un long billet sur le blog)

3/07/13

Débordée…

bureau en désordre

Je suis débordée, complètement débordée…

Entre la paperasse pour les déménageurs (formulaire pour la douane, inventaire valorisé, documents divers à rassembler), tous les trucs auxquels il faut que je pense (avec mes feuilles volantes de todo list qui traînent partout à la maison comme à mon travail), les journées où rien ne se passe comme prévu au boulot qui s’enchaînent avec des enfants franchement pas coopératifs le soir, toutes les choses moins prioritaires que que je n’aurai probablement jamais le temps de faire avant de partir (et c’est pas parce que c’est moins prioritaire que ce n’est pas important, mais le temps file trop vite) et puis les mails qui s’entassent et auxquels je n’arrive plus à répondre…

Ce n’est pas que je ne m’en sors pas, mais je sens que j’approche de mes limites… Pour ne rien arranger, j’ai tellement de choses plein la tête que je m’endors trop tard le soir, et je me réveille beaucoup trop tôt le matin tout en étant crevée (c’est n’importe quoi !), et quand par miracle je dors le matin, ce sont mes enfants qui se réveillent plus tôt que nécessaire (sinon c’est pas drôle) 😀

Du coup, je commence à perdre un peu la boule :

  • j’entre dans une pièce pour chercher quelque chose et je ressors avec autre chose (bon, ça m’arrivait déjà parfois avant, mais là c’est presque tout le temps)
  • je commence à faire une des nombreuses tâches de ma liste et paf, je me retrouve affalée sur le canapé sans savoir ce que j’ai fait les 10 dernières minutes (et sans avoir fait ce que j’avais prévu, bien sûr)
  • je me rends généralement compte le soir vers 23h que j’ai oublié de manger (et puis c’est pas à cette heure-là que je vais le faire ; c’est pas plus mal, si seulement ça pouvait me faire perdre du poids au passage…)
  • j’ai pris un rendez-vous chez un médecin il y a plusieurs semaines parce que je voulais lui parler de quelque chose en particulier. Le rendez-vous s’est trouvé être ce matin, je ne savais plus vraiment pourquoi j’avais pris ce rendez-vous alors je lui ai parlé de trucs sans grand intérêt et ce n’est que ce soir que je me suis rappelée de ce que je voulais lui dire… et il y a 3 mois d’attente… Fail…

Et puis, vous verriez le foutoir chez moi, le linge qui s’entasse, la vaisselle qui traîne, et les jouets des enfants qui ont failli me tuer 10 fois aujourd’hui (vivent les petites voitures)… bref…

Sur ce, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle dans tout ça :

  • La bonne, c’est que j’ai ENFIN fini de réunir tous les papiers pour les déménageurs ! Youpi ! Je suis venue à bout des 4 pages de formulaires pour la douane, des 3 pages d’inventaire valorisé, j’ai obtenu mon certificat de changement de résidence, j’ai scanné les green cards et les passeports. On dirait pas comme ça, mais ça faisait des semaines que je bossais là-dessus et c’est le genre de choses qui donnent l’impression qu’on ne finira jamais.
    Donc me voilà soulagée ! C’est expédié et bien reçu par nos déménageurs ! Youhou ! Je vais pouvoir me détendre un peu en passant à la tâche prioritaire suivante 😎
  • La mauvaise, c’est que je viens de me fouler la cheville méchamment (même pas en marchant sur une petite voiture, mais dans la rue). Je ne m’étais jamais foulé quoi que ce soit en plus de 30 ans, et là il faut que je me foule la cheville droite alors que je me suis déjà foulée la gauche il y a un mois tout pile. Alors moi qui cours partout en ce moment, entre la nounou, l’école, le boulot, le RER, la nounou, la maison… et bien je vais être obligée de courir au ralenti le temps d’avoir moins mal…

Sur ce, j’ai un truc à faire, mais je ne sais plus quoi… 🙄

17/06/13

Démarches et paperasse…

To-Do List Everything Dry Erase Board Overworked Stress

Déménager c’est de la sacré paperasse… ça me prend un temps fou et j’ai l’impression que je n’en viendrai jamais à bout !

Le déménagement en lui-même

Tout d’abord, il faut se décider sur ce qu’on déménage et ce qu’on jette/donne/vends/prête/stocke.

Ensuite, il faut faire les demandes de devis, consacrer du temps à chaque entreprise pour les visites d’estimation du volume (elles ne viennent pas toutes, certaines m’ont demandé de l’estimer moi-même et qu’on s’arrangera si c’est pas ça… mmmh…)

Après ça, il faut choisir le déménageur auquel on va faire confiance, lui poser cinquante mille questions pour être sûr que oui ils vont bien apporter les affaires jusque dans l’appartement à l’arrivée et non pas tout laisser en plan dans la rue, comme ça arrive parfois :
moi : “mais pourquoi est-ce que sur le devis vous avez écrit livraison au rez-de-chaussée alors qu’on est quelques étages plus haut que ça ?”
déménageur : “vous voulez qu’on monte les affaires à votre étage ?”
oui : “oui, j’aimerais bien…”
déménageur : “bon d’accord, je vais modifier la ligne”
(oui, je préfère…)

Ensuite, on signe le devis, et on s’assure qu’ils sont bien dispos à la date choisie :
déménageur (pas le même) : “le 16 ? attendez, je demande à ma collègue et je vous rappelle”
ensuite sur mon répondeur : “je vous propose le 9”
Du coup, je demande à mon deuxième choix si c’est ok pour eux le 16. Oui ? Ok, je signe
le précédent me rappelle : “bon alors vous m’avez pas répondu pour le 9”
moi : “je ne peux pas le 9, c’était le 16 ou rien. Par ailleurs…”
déménageur (qui me coupe) : “bon alors, on va s’arranger, finalement on est dispo le 16”
moi : “ah mais moi j’ai signé avec quelqu’un d’autre, du coup…”
déménageur : “bonne chance, au revoir”
bon… ça c’est fait…

Ensuite, c’est pas fini : il me reste moins de deux semaines pour envoyer :
– la photocopie des passeports (ça, c’est pas compliqué)
– la photocopie des visas (ça non plus)
– les formulaires pour la douane
– l’inventaire valorisé de tout ce qui va déménager
– un certificat de changement de résidence à faire faire en mairie

J’ai appelé la mairie pour obtenir le certificat. Pour cela, ils ont besoin de l’inventaire détaillé de ce qu’on déménage, un justificatif de domicile, l’adresse de destination et un pièce d’identité. Je leur ai apporté tout ça le jour-même et ils m’ont dit de compter 10 jours avant de venir chercher le document. Heureusement que j’ai pas attendu le dernier moment…

Pour l’inventaire valorisé, il va falloir que je m’y colle. L’inventaire est déjà fait et je dois réfléchir à la valeur de remplacement des différents objets, c’est pour l’assurance. C’est pas très grave si c’est approximatif. Plus je déclare, plus je paie cher l’assurance, et plus je suis remboursée en cas de perte/casse.

Enfin, le formulaire pour la douane, j’ai regardé le document et j’ai pas compris grand chose… Les questions sont trop compliquées… Par exemple :

“All instruments, occupation or employment, and all professional books for which free entry is sought were taken abroad by me or for my account or I am an emigrant who owned and used them abroad”

Hein ???? 😯

Heureusement, il y a une page en annexe pour expliquer. Je regarde : “mark the appropriate box”. Bon, ça me dit pas ce que veut dire ce charabia…

Je suis loin d’avoir fini la paperasse…

Vendre la voiture

Je vends ma voiture. Maintenant, comment on fait ? Moi j’y connais rien.
Alors je vais fouiller sur internet.

Il me faut :
la carte grise (ça c’est bon)
le certificat de vente
le certificat de non-gage
le procès verbal complet du contrôle technique (ça c’est bon aussi)

Le certificat de vente, qu’est-ce que c’est ? Apparemment, c’est le certificat de cession (pour l’acheteur) + la déclaration de cession (pour la préfecture). Ah bon, c’est pas pareil certificat et déclaration de cession ? Je pige rien. Bon, il y a un lien, je remplis les champs en ligne. Mais qu’est-ce que j’en sais moi si mon certificat d’immatriculation est un nouveau modèle ? Et puis je mets quoi pour “Type variante version”, c’est pas rempli sur ma carte grise mais je n’ai pas le droit de laisser le champ en blanc…

Bref, j’ai fini par y arriver quand même 🙂

Je m’attaque au certificat de non-gage. Ah non, c’est pas possible, il faut faire ça moins d’un mois avant la vente. Bon, j’y reviendrai, ça a l’air rapide.

Pffff….

Le reste

La résiliation du bail pour la maison : c’est fait !

La rupture du contrat avec la nounou : c’est rédigé, il faut que je l’envoie…

On aimerait garder pour l’instant la deuxième voiture, et juste mettre l’adresse de mes parents sur la carte grise. Sauf que pour changer d’adresse il faut que je prouve que j’y habite, et non seulement je n’y habite pas, mais je n’ai pas envie de faire croire que j’y habite. Je veux juste changer l’adresse. Bah on dirait que c’est pas possible… Il me reste un mois pour trouver une idée…

Les impôts. Aucune idée de ce qu’il faut faire comme démarche. Il va falloir accélérer les recherches…

Le parking du RER, les abonnements EDF, téléphone, … il faut tout résilier. Je crois qu’il y a un mois de préavis pour le parking, il faut que je me remue un peu plus…

Et puis je suis sûre que j’oublie des trucs super importants au passage…

Meditation

4/06/13

Encore du tri…

Nous avons choisi notre déménageur avec qui nous avons fixé la date à laquelle nous allons vider la maison. C’est une bonne chose de faite et nous continuons à faire le tri dans nos affaires. Nous ouvrons des cartons qui datent du dernier déménagement et qu’on n’avait pas ouverts depuis, et nous retrouvons de vieux souvenirs…

Par exemple, je suis retombée sur ma grenouille en peluche qui a dans les 25 ans maintenant…

grenouille

… ou encore sur un dossier sur les musiciens que j’ai fait quand j’étais en sixième, et j’ai été prise d’une longue crise de fou-rire en retombant sur les illustrations que j’avais décalquées d’un livre (ah franchement, les profs doivent bien se marrer parfois…) :

musiciens

Nous avons bien avancé ; ça ne se voit pas forcément car c’est le foutoir chez nous, mais je trouve qu’on a fait du bon boulot ! Maintenant, je n’ai plus qu’à réussir à vendre tout ce que j’ai mis en ligne sur internet… 🙂

27/04/13

Le tri…

Heap of colorful clothes

Voilà plusieurs semaines qu’à chaque moment de libre sans les enfants nous faisons du tri dans nos affaires.

Nous ne savons pas encore vraiment si nous allons faire déménager nos affaires ou si nous allons tout mettre en garde-meuble, mais dans les deux cas autant ne garder que le minimum.

J’ai commencé par le plus facile : l’armoire à pharmacie. Là, c’est simple, on ne peut rien emmener là-bas sans ordonnance, donc je ne garde que les médicaments d’usage courant pour l’instant.
C’est facile : en moins de 30 minutes c’était bouclé et j’ai réussi à ramener un énorme sac d’au moins 3kg à la pharmacie !

Ensuite, on a fait le tour de tout l’équipement bébé éparpillé un peu partout dans la maison et j’ai presque tout mis en vente sur internet. C’est fou le temps que ça m’a pris de prendre les photos, mettre les annonces en ligne, négocier avec les acheteurs et de convenir d’un rendez-vous, mais nous avons réussi à nous débarrasser de pas mal de choses encombrantes : baignoire, poussette trio, parc, …

L’étape d’après, c’est de faire le tri dans mes habits. Là, ça se complique…

tri_habits

Ensuite, je me suis attaquée aux vêtements de bébé pendant que Mari triait ses livres dans la pièce à côté. Voici 4 caisses pleines avec la garde-robe complète de la naissance au 2 ans (pyjamas, ensembles, turbulettes, manteaux…) et là, franchement, j’ai trouvé ça difficile…

– Oh, regarde, c’est le pyjama qu’on a mis à Buzz le jour où il est né

– Oh, tiens, et ce pyjama-là, tu te souviens comme Woody était mignon dedans ?

– Oh, et ce petit ensemble, je leur mettais un jour sur deux quand ils avaient 6 mois tellement ça leur allait bien…

– Oh, et le petit gilet que j’avais tricoté, avec les boutons pas en face des trous et le col bizarre parce que c’était la première (et la dernière) fois que j’ai tricoté un truc

– Oh, et tu te souviens de ce pyjama assorti au tour de lit. C’était mignon !

– Oh, et ce petit gilet…

– Oh, la tenue de baptême de Buzz. Comme il était beau… (mais visiblement, elle a gardé une belle tâche de régurgitation qui n’est pas partie à la machine…)

– Oh, et les bavoirs des premières purées… Tu te souviens comme ils étaient contents de manger de la purée de carottes ?

– Oh, et le bonnet avec des yeux que j’avais acheté, regarde ! C’était rigolo ça !

– Oh, et regarde la tenue de Père Noël qu’on avait acheté pour Buzz ! C’était mon petit Papa Noël ; si mignon !

Je m’arrête au 9 mois et je vous épargne le reste. Bref, j’ai quand même tout pris en photo, par lot pour mettre en vente, mais avec une boule à l’estomac. Gros coup de déprime et je me suis retrouvée en larmes. Ils ont grandit trop vite mes bébés… Même Woody ne veut plus que je l’appelle “mon bébé”. Il me répond systématiquement “Non, pas bébé : grand garçon, moi !”

Depuis je n’ai pas retouché au tri, parce que j’en ai marre… On verra le reste après les vacances !