Une page s’est tournée

USA and India

Comme je vous le disais il y a quelques jours, j’ai démissionné en vue d’un nouvel emploi. Vendredi dernier, j’ai donc dit au revoir à mes collègues et je ne peux m’empêcher de repenser à mes premières impressions et de faire le bilan de cette première année professionnelle aux États-Unis.

Je relis sur mon blog mon récit de ma première semaine et je me souviens à quel point j’avais été choquée par le manque de contact humain dans cette équipe.

Quand je me déplaçais dans le cubicle de quelqu’un pour dire bonjour, on m’envoyait promener.

Quand j’apportais des gâteaux (ce qui a toujours super bien marché en France pour sympathiser avec les autres), personne n’en voulait.

Quand on a eu des repas d’équipe (assez rarement malgré tout), je ne retrouvais pas la convivialité des pots de départ à la française et je n’arrivais pas à entamer de discussions avec les autres.

Bref, après toutes mes tentatives diverses, je me rappelle m’être dit que je n’arriverais jamais à m’intégrer ici, et que de toutes façons ils n’étaient déjà pas spécialement intégrés entre eux…

Et puis, comme je n’avais pas envie de lâcher l’affaire (parce que je peux faire preuve d’une ténacité assez particulière quand je veux arriver à mes fins), j’ai continué mes tentatives de gâteaux, de bonjours, de sourires et de toutes les petites opportunités que j’ai pu trouver pour tenter de discuter (malgré mon anglais oral plus que bancal au début).

Et puis, un jour, Vishnu a discuté avec moi dans le couloir. Ça a duré moins de deux minutes, mais c’était LE moment social du mois alors ça m’a fait ma journée. Ensuite, Vishnu m’a proposé de me joindre à un petit groupe de collègues pour commander des dosas et manger ensemble. Aucune idée de ce qu’est un dosa, aucune idée de la différence entre les 30 dosas de la liste, j’ai bien évidemment accepté sans hésitation sa proposition en choisissant un truc au hasard. Une fois par mois il organisait ça. J’attendais ce jour avec impatience, car c’était mes 15 minutes de conversation du mois (même si j’avais un mal fou à suivre, mais au moins je ne mangeais pas toute seule et c’était assez convivial).

Et puis, Ganesh a apporté du Halwa (dessert indien qui n’a rien à voir avec le Halwa du moyen-orient) que sa femme avait préparé et l’a partagé à la fin d’un de nos déjeuners mensuels. C’était bon alors je lui ai demandé la recette. Quand le printemps est arrivé, il y a eu la fête indienne de Holi. J’ai suivi la recette de mon collègue, que j’ai légèrement adaptée à mes goûts, et j’ai apporté mon Halwa que j’ai distribué à tous mes collègues en faisant le tour des cubicles, souhaitant un joyeux Holi à tous. Ganesh m’a dit que mon Halwa était meilleur que celui de sa femme et tous les autres collègues étaient scotchés de me voir apporter un dessert indien fait maison pour Holi. Mais, ce jour-là, Vishnu n’était pas là…

Et puis, je me suis rendue compte que Vishnu ne reviendrait pas. Apparemment il avait démissionné sans le dire à personne. Alors j’ai décidé d’organiser les commandes de dosas à sa place, et j’ai monté la cadence à presque une fois par semaine. Petit à petit, j’ai commencé à nouer des relations. Je me suis mise à aller papoter au moins 5 minutes par jour avec Jasvinder, Ravinder s’est mis à venir me dire bonjour tous les matins, Ranesh a commencé à venir régulièrement me faire goûter les spécialités indiennes que sa femme lui cuisinait pour le déjeuner…

L’été est arrivé, et puis au retour des vacances j’ai eu des contacts pour un nouveau travail, puis j’ai signé le contrat et annoncé ma démission. J’ai alors été incroyablement surprise par la réaction de mes collègues qui m’ont tous félicitée chaleureusement par une bonne poignée de main, en ajoutant sincèrement « Je suis vraiment triste que tu partes » ou « Tu vas me manquer ». C’était vraiment touchant.

La veille de mon dernier jour de travail, c’était Diwali, une grande fête indienne pour laquelle tous mes collègues sont venus en tenue traditionnelle partager le repas festif ensemble. J’ai fait comme eux, j’ai mis un sari que ma collègue m’a aidée à mettre en place. C’était un moment génial et mes collègues étaient sidérés en me voyant ! Je suis contente d’avoir terminé là-dessus.

IMG_2244

Et puis, le dernier jour, c’est avec une pointe de nostalgie que je suis partie après avoir dit au revoir à tout le monde et reçu quelques hugs. Je repense alors à mes cinq premiers mois où l’intégration me paraissait impossible et je suis fière du chemin que j’ai parcouru ! J’ai bien aimé ce petit voyage en Inde, qui m’a donné envie d’y aller pour de vrai un jour.

15 commentaires sur mon article “Une page s’est tournée

  1. Génial tes récits, vraiment ravie pour toi et ton nouveau job, on croise les doigts pour l’intégration dans ta nouvelle boîte. Bonne chance pour la suite

  2. Wow bravo pour ta persévérance comme quoi cela paie. J’espère que ton nouveau poste te plaira et que ton intégration sera un peu plus facile quand même, bien que maintenant tu détiennes la méthode à appliquer pour te faire ta place.
    bravo encore

    • c’est ce que je me disais aussi, avec mon foutu caractère, je me serais renfrognée et isolée du groupe , c’est pour cela que je dis que Caro est un excellent modèle d’intégration et je vais en tirer les leçons qui s’imposent !!!! 😉

  3. un ami sénégalais me racontait un jour que lorsqu’il est arrivé en France, sa grand mère lui avait conseillé ceci : si la tradition c’est de danser sur une jambe, ne cherche pas à comprendre , danse sur une jambe !!! Le meilleur moyen de s’intégrer c’est de respecter les us et coutumes de tes  » hôtes » , que ce soit dans un pays, un village, une entreprise , une association, un groupe d’amis !!!
    C’est ce que tu as su parfaitement faire et le résultat en a été plus qu’heureux !!!!
    Tu es un modèle pour beaucoup et surtout pour tes enfants !

  4. Bravo! Je suis bien trop timide, et je suis sûre que je me serais découragée à ta place!
    Ton récit est très émouvant et universel en définitive… Bon départ dans ton nouveau poste!

  5. Bravo Caroline!
    Moi aussi, comme le dit Laure, j’aurai été un peu trop timide peut être pour persévérer autant!
    En tout cas tu es un sacré modèle d’intégration!
    C’est une belle leçon de vie que tu nous as raconté, certains devraient s’en inspirer…
    Tes futurs collègues n’ont qu’à bien se tenir…hihi…tu es maintenant rodée ^^

  6. Bonjour Caroline,
    Je viens moins régulièrement sur ton blog et j’en suis vraiment désolé, mais je voulais tout de même te féliciter pour ton nouveau job et bravo pour cette persévérance dans ton envie d’intégration. Tu nous montres la voie à suivre dans nos vies d’expatriées.
    Merci et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *