I got a job in New York!!!

youhou
Vendredi dernier, entre deux entretiens, un recruteur parmi d’autres, Steven, m’a envoyé un mail après avoir vu mon CV sur LinkedIn. Quelques échanges téléphoniques plus tard, il me parle d’une opportunité intéressante et me propose un entretien avec son client le lundi.

L’entretien

Le lundi, j’ai rendez-vous avec Steven avant l’entretien. Il me donne quelques conseils vite fait, me dit de demander Padma et me donne son numéro de téléphone juste au cas où.

J’arrive à l’accueil de l’entreprise où j’ai rendez-vous et ça commence bien : Padma n’est pas dans leur système. J’ai pas tout compris ce que me raconte le monsieur mais ils finissent par trouver quelqu’un (je sais pas qui) qui vient me chercher et m’emmène dans un bureau. Il me dit d’attendre là, que quelqu’un viendra.

Je me retrouve alors seule dans un bureau et j’attends. 5 minutes, 10 minutes, 15 minutes… M’ont-ils oubliée ? Est-ce que c’est bien la bonne personne que l’accueil a appelée ? En plus du stress de l’entretien, je commence à m’ennuyer sérieusement, et puis surtout je m’inquiète !

Finalement, je me décide à appeler Padma pour lui dire que je l’attends. Un homme décroche, je lui dis que j’ai un rendez-vous avec Padma. Il me répond un truc que je ne pige pas juste au moment où une jeune femme entre dans le bureau. Je dis alors à mon interlocuteur que finalement tout va bien, elle est arrivée, au revoir, et je raccroche rapidement.

L’entretien commence. Mon interlocutrice présente vite fait le poste, je me présente et puis elle me pose des questions, plein de questions. J’aurais envie de dire qu’elle m’a tout demandé. Elle a balayé les compétences mentionnées sur mon CV et m’a posé des questions sur absolument tout, que ce soient d’un point de vue technique, fonctionnel, méthodologique… tout y est passé mais je m’en suis bien sortie.

Au bout de 40 minutes, alors que je pensais en avoir terminé, elle me demande d’attendre pour l’entretien suivant. Deux minutes plus tard, c’est un homme qui entre dans la pièce et me dit « Hi! I’m Padma! » (oups, c’est celui à qui j’ai à moitié raccroché au nez en disant de Padma qu’ELLE venait d’arriver… 😳 ). D’emblée je ne suis franchement pas à l’aise, et puis il a un bon accent indien et je dois me concentrer encore plus pour le comprendre. Il me pose à nouveau plein de questions, plus axées sur des cas pratiques. En voici une :
– Vous travaillez avec un fournisseur et vous avez besoin de recevoir rapidement quelque chose, mais il ne vous le donne pas. Que faites-vous ?
– euh… bah je lui téléphone pour lui demander de me le donner ?
– il vous répond qu’il n’a pas le temps et qu’il fera ça la semaine prochaine
– euh… je le rappelle la semaine d’après ?
– Là, il est malade
– euh.. il est chiant ce fournisseur j’essaye de voir si quelqu’un d’autre peut me donner ce que je veux à sa place ?
– On vous dit que personne d’autre ne peut. Vous faites quoi là ?
– euh… bah euh…j’en parle à mon chef et/ou mes collègues pour trouver une solution ensemble ?
– Ok
(ouf! J’étais à court d’idées)

30 minutes plus tard, Padma conclut l’entretien en me disant « Je préfère vous prévenir : préparez-vous à de grosses différences culturelles ici par rapport à la France. Vous n’avez certainement jamais vu ça pendant vos 10 années d’expérience, mais les gens ici sont quand même plus dynamiques/vifs que les français. Ça va être vraiment dur pour vous pendant au moins deux mois ! »
– euh, ok, merci du conseil !

Là, quand je pense que c’est fini, Padma s’en va et me dit d’attendre la troisième personne pour la suite (hé ! Je vais en voir encore combien, là ?)

La troisième arrive donc et reste quand même 45 minutes. Encore des questions diverses et variées, et puis elle m’explique un peu plus en détails le genre de projets sur lesquels je pourrais être amenée à travailler. Et puis, enfin, ça se termine. Je suis lessivée (avec deux heures d’entretien ; qu’est-ce que ça va donner quand je vais bosser des journées entières…) !

Le résultat

Le lendemain, mardi, vers 18h30, Steven m’appelle. À ce moment, Buzz est sous la douche en train de hurler tout ce qu’il peut parce qu’il n’a pas envie de se laver maintenant, et j’étais en train de donner à manger à Woody (qui est parfaitement capable de manger tout seul, mais c’est tellement mieux quand c’est Maman…). Forcément, je décroche, c’est important :
Steven : bonsoir Caroline, je ne te dérange pas ?
Buzz : naaaaaaaaan, j’veux pas m’laver
Woody : Mamaaaaaaan, veux que tu me donnes à manger !
Moi : Non, pas du tout
Steven : le client que tu as rencontré hier aimerait que tu viennes travailler pour eux.
Buzz : naaaaaaaaan, rrrrrrrr, lâche-moi, Papa ! Naaaaaaaaaaaaaaaaaan !
Woody : Mamaaaaaaan ! Mamaaaaaaan ! Mamaaaaaaan !
Moi, me bouchant l’oreille droite et la gauche collée sur le téléphone : Ah, c’est génial !
Woody : Tu viens, Mamannnnnnnnnnnnnnn ? M’aiiiiider !!!
Buzz : maaaaaaaais j’veuuuuux paaaaaaaaaaaaaaaas, t’es pas gentiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil
Steven, qui parle en même temps que Buzz et Woody : ಉಊಋ ಌಎಏಐಒಓ ಔಖಜಝಞಟ ಡಢಣಬಮಯ ೠೡ അആ ൽൺൿ (ouais, là avec les 3 en même temps, je ne comprends plus un mot de ce que me raconte Steven)
Moi : attends, Steven, j’ai pas compris un mot de ce que tu me racontes parce que mes gosses chouinent en même temps, je peux avoir la soirée pour réfléchir ? Je te rappelle demain !

Euphorie, frustration et doutes

Je suis toute excitée !! J’ai réussi à dégoter un job aux US, non mais j’en reviens pas, waouh !

À la base, je pensais me laisser une journée de réflexion, parce que j’attendais les réponses de deux autres entretiens que j’avais passés juste avant, mais finalement au bout de 30 minutes ma décision est prise : bien sûr que j’accepte (surtout que c’est à moins de 20 minutes de la maison) !

Je n’ai qu’une envie, c’est de téléphoner en France. Qu’est-ce que je suis frustrée de savoir qu’il est 1h du mat là-bas… Grrr… ce décalage horaire…

Passée l’excitation initiale, viennent les doutes. Et si je n’y arrive pas ? Si je ne pige rien pendant les réunions, comment je vais faire les compte-rendus ? Si je ne comprends pas mes interlocuteurs au téléphone, comment je vais m’en sortir ? Si je ne comprends pas mes collègues, comment est-ce que je vais être sûre qu’ils ne vont pas essayer de m’embrouiller ? Et si je me faisais virer au bout de 2 semaines parce que je suis à la ramasse ? Est-ce que je ne devrais pas plutôt attendre un mois avant d’annoncer la nouvelle au cas où ? Non, c’est pas possible, je suis déjà frustrée à l’idée de ne pas pouvoir crier ça sur les toits là, tout de suite, je ne vais quand même pas attendre !

Le lendemain, mercredi (hier), à peine rentrée à la maison après avoir déposé les enfants à l’école, j’ai téléphoné à Steven (au calme) pour lui dire que j’acceptais le poste. Maintenant, je le revois lundi prochain pour faire la paperasse et définir la date de début (qui ne va pas tomber loin de mon anniversaire). Je vous raconterai ça bientôt ! 🙂

42 commentaires sur mon article “I got a job in New York!!!

  1. Ne t’en fais pas tu vas cartonner… Le mec avec son « dynamique-vif » il est minon, mais vif, j’ai pas forcément trouvé. Ils font + d’heures de présences, et ton « heure de déjeuner » c’est de manger un sandwich à l’arrache sur ton bureau, mais j’appelle pas ça de la vivacité 🙂 Félicitations et bon courage !

  2. Super, félicitations ! C’est normal de se poser toutes ces questions mais si il y a une offre c’est qu’au final l’anglais est bon et qu’il n’y a pas de soucis à se faire 🙂

  3. Le mec qui ose te dire qu’aux US c’est vachement plus dynamique qu’en France. J’hallucine ! A-t-il seulement bossé à Paris ??? On est vachement plus dynamiques que les nord américains !! J’ai jamais trouvé ça aussi peu dynamique qu’après avoir travaillé à Toronto, ville réputée ULTRA dynamique en amérique du nord.

    Donc non non, t’inquiètes pas hein… Je doute que tu sois archi débordée ou que tes nouveaux collègues soient sous l’eau. (Enfin si parce que faut faire croire que mais ça tu verras, c’est tout un art là-bas)

    Sinon tu as mis combien de temps finalement pour trouver ? Est-ce que le salaire te va ? Similaire à Paris ou tu gagnes moins, plus… Tu ne le précises pas. Super important quand même.

    Bravo en tout cas !

    PS: tu peux très bien te barrer 2 jours après pour une autre boite hein. C’est pas comme en France où t’es un « peu » coincée.

  4. Salut,

    Ouaaw !!! Je suis très content pour toi 😀 !! Tu l’as enfin !!! Et ben je te souhaite bonne chance 🙂 ! Et montre leur que les français sont tout autant dynamique que les ‘ricains 😉 !
    Au fait, merci beaucoup pour la seconde carte postale ! Je ne m’attendais pas à la recevoir (car je n’avais pas reçu de MP) ! 🙂 Du coup ça était une réelle surprise !! 😀

    À bientôt 🙂 !!

  5. Super nouvelle !
    Tu vas etre morte de fatigue les 1eres semaines car la gymnastique dans ton cerveau anglais-francais ca fatigue et tu dois etre deux fois plus concentree pour tout piger. Mais avec le temps cela s’ameliore. J’ai hate d’avoir le debrief de tes 1eres journees.

  6. Désolée mais Buzz et Woody me font toujours autant rire ! Le pire c’est que je me mets à ta place dans la même situation et je le vis en lisant c’est trop ça !
    Je suis super contente pour toi vraiment et arrêtes de te poser des questions , avec tout ce que tu as réussis jusque là il n’y a pas de raison que tu n’y arrives pas 😉
    Tu as fait le plus dur : Décrocher le job !! Maintenant reste la phase d’adaptation et sachant que tu es nouvelle ils vont t’aider à t’integrer je ne m’inquiètes pas pour toi 😉
    Bisous et encore BRAVOOOOOOOO

  7. Félicitations!!!
    C’était l’essentiel,quand aux question;c’est toujours comme ça!Après A,c’est B puis C ainsi de suite;un problème résolu ramène toujours d’autres préoccupation…
    Mais vu votre expérience;vous devriez vous en sortir…

  8. Huhu champagne! Ça va aller, niveau rendement on est au dessus des américains. Et niveau langue ça va se faire très vite t’inquiète. Profites du week-end qui se profile et attaque le truc à fond les ballons!

  9. Congrats,
    J’arrive en février avec ma famille à NYC. Ce serait sympa qu’on se rencontre.
    Bon courage pour le job, ça va bien se passer !!!

  10. Bravo, je lis vos aventures depuis le début et je suis ravie que vous ayez trouvé du travail aussi vite. Je suis sure que vous allez très bien vous en sortir. Bonne rentrée.

  11. Pingback: De la paperasse… | Rêves de green card…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *